Cécile BRUYNOGHE

Les femmes qui peignent sont-elles dangereuses ?

Du 13 octobre au 13 novembre 2021

Bonne nouvelle pour les visiteurs

L’exposition est accessible sans réservation avec le retour des anciens horaires : du mardi au vendredi de 12h30 à 17h30 et le samedi de 14h00 à 18h00.
Le port du masque reste obligatoire ainsi que la désinfection des mains à l’entrée de la Galerie.

VISITE / MESURES COVID-19

Port du masque obligatoire
La désinfestion des mains à l’entrée est aussi obligatoire

Pour votre sécurité et celle des autres, veuillez lire attentivement les consignes de visite et les gestes barrières avant d’entrer.

« Les femmes qui peignent sont-elles dangereuses » ? 1
Sujet omniprésent depuis l’apparition de cet art pictural, la femme aura tour à tour incarné tous les imaginaires d’un monde massivement masculin, de la vierge aux gourgandines. Dès l’instant où une femme envisage de passer de l’autre côté du miroir, de prendre les pinceaux, elle va troquer l’étroitesse du nid familial contre l’espace illimité de la représentation de l’imagination, du savoir ! Elle peut repenser une vision sur des expériences singulières et explorer de nouveaux espaces !
Depuis la nuit des temps, les artistes peintres appliquent manuellement ou mécaniquement, sur une surface, des substances colorées sous forme de pigments mélangés à un liant/diluant.
Entre ces deux modes, il existe un espace pour l’expression de la jouissance de l’acte en étalant joyeusement des couleurs, en les triturant, les mélangeant à l’infini …
« La terre est bleue comme une orange. » écrit joliment Eluard. La terre et le fruit ont tous deux cette plénitude sphérique. La couleur bleue se rattache à l’azur du ciel, à l’air, à l’idéal, … tandis que l’orange évoque un parfum d’agrume, un goût ! C’est à ce niveau que se situe la démarche de Cécile Bruynoghe … des formes vibrantes exprimant des sentiments multiples dans les couches de peinture qui guident l’exploration visuelle et olfactive ! Parfois les couleurs fondamentales s’unissent pour se disperser dans un trou noir, ou au contraire s’additionner pour fêter la lumière, la joie de peindre ?
Une représentation personnalisée d’une vision transformée d’un espace, d’un instantané réduit à une symbolique, hors d’un contexte purement spatio-temporel !

Roger Roberts

1 Merci à Laure Adler et Stefan Bollmann pour cet emprunt.

Sans titre
2020, acrylique sur bois.  15 x 27 cm.